Houat et Hoëdic

La cane et le caneton…

  • Ecole de voile à Hoedïc
    Ecole de voile à Hoedïc

 

Pourquoi ces îles? Simplement car ce sont les plus proches de Kervoyal en ce qui concerne les îles du large. Quel Kervoyalais n’a pas effectué cette virée sur une ou plusieurs journées, soit par ses propres moyens soit par liaison régulière!? Ces deux ensembles d’îlots étaient autrefois liés et l’on pouvait y venir à pied, mais la montée des eaux les a isolés, les laissant longtemps à la merci des anglais qui les rançonnèrent régulièrement. Ceci  expliquant la présence des différents fortins situés de part et d’autres de chacune d’entre elles!

Si vous aimez les eaux transparentes, les plages de sable fin, la Bretagne sauvage, le silence et les oiseaux ainsi que le charme désuet, salvateur et envoûtant de l’authenticité, c’est bien là que vous devez venir vous perdre et vous retrouver! Au moins une fois dans votre vie…

Houat (19)
Départ de Port Navalo, rassurez vous ils n’y vont pas tous!

Comment y aller?

Toute l’année de Quiberon pour les deux, et en « saison », départ de Vannes ou port Navalo à Arzon, soit à 25 minutes de Kervoyal.

L’avantage de Vannes est que cela offre en plus une croisière sur le Golfe que vous êtes obligés de traverser (!)  mais cela vous contraint à passer peut-être un peu moins de temps sur les îles (compter 1h45 de trajet  Vannes- Houat, 50 minutes pour port Navalo-Houat et rajouter une bonne 1/2 h de plus pour Hoedic).

A chacun de voir, sachant que le trajet fait partie du voyage….

Houat, la beauté granitique.

Houat 26-7-12 (170)

Houat, comptez les arbres, il n’y en a pas beaucoup!

Cette île vit essentiellement du tourisme mais a toujours comptée dans sa population des paysans et surtout des pêcheurs, donnant ainsi du sens à sa devise qui est : « de la mer, nous vivons ». Elle compte environ 300 habitants à l’année ainsi que quelques hébergements touristiques. surtout des pêcheurs, donnant ainsi du sens à sa devise qui est : « de la mer, nous vivons ». Elle compte environ 300 habitants à l’année ainsi que quelques hébergements touristiques.Cette île vit essentiellement du tourisme mais a toujours comptée dans sa population des paysans

Ancien vestige du massif Armoricain , elle propose une succession de falaise granitique entrecoupée d’une suite sans fin de criques et plages sauvages alors que sa surface est caractéristique de la lande bretonne balayée par des vents de tout bord. L’île principale, longue de 3,3 km est entourée d’îlots granitiques qui font le bonheur des photographes et des oiseaux.

Le tiers sud-est de l’île est plus affaissé et c’est là, que non loin du charmant bourg, se trouve face à Hoëdic,  la magnifique plage concave de Treac’h Ar Goured qui vaut le déplacement à elle seule!

 

Hoedic (25)
Crique à Hoedïc.

Hoëdic, la perle discrète.

Beaucoup plus petit et moins touristique, le « caneton » propose seulement 2km2 de territoire à visiter et accueille une population d’environ 120 personnes. C’est sur Hoëdic que l’on trouve les plus anciennes traces de civilisation. A l’inverse de sa voisine, elle est pour ainsi dire plate, exceptée la pointe nord-ouest dite du « vieux château ».

Comme sa voisine quelques îlots l’entourent mais ils sont beaucoup plus modestes. Hoëdic,  c’est une succession de plages aux tailles variables, aux eaux claires et au sable blanc séparées par de petites pointes rocheuses aux formes variées. Le bourg, sans voiture, est typique et symbolise parfaitement l’imaginaire du village de pêcheurs bretons. Quand aux dunes, elles recèlent de nombreuses variétés de plantes à la fois rustiques et délicates que l’on ne trouve, pour certaines, qu’ici.

A signaler l’extraordinaire beauté de la plage et du port La Croix aux eaux cristallines…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *