Tout sur la pharmacie de Damgan

Cela fait maintenant 44 ans que Damgan possède une pharmacie et elle a changé de propriétaires cette année. C’était donc l’occasion de rencontrer les nouveaux propriétaires (que nous connaissions déjà) afin qu’ils se présentent et nous dévoilent leurs projets pour continuer à nous servir dans les meilleures conditions.

C’était également l’occasion de rendre hommage à leurs prédécesseurs: Messieurs Jacques Paumier puis Alain Sadrant qui ont eu, chacun,  la gentillesse de nous consacrer du temps à évoquer leurs souvenirs parmi nous et à exhumer leurs archives photographiques ainsi que quelques anecdotes!

Nous les remercions tous pour leur disponibilité et en particulier à Gonzague Paumier qui a servi d’archiviste zélé!

Vous retrouverez ainsi dans cet article nos entretiens avec eux et par ordre d’ancienneté: Monsieur Paumier puis Monsieur Sadrant et enfin Madame Le Cointe et Monsieur Leconte.

Vous pourrez cliquer sur toutes les photos pour les agrandir!

1.Entretien avec Monsieur Paumier:

Monsieur Paumier est le créateur de la pharmacie de Damgan qui a ouvert le 18 novembre 1974. Il y a officié jusqu’au 31 mars 1994.

la pharmacie de damgan pendant les travaux
La pharmacie de Damgan pendant les travaux. Cliquer sur les photos pour les agrandir.
23376866_10155767369869780_1598369601_o
Mr et Mme Paumier, dans les années 70.

Comment vous est venue l’idée de créer cette pharmacie?

Cela faisait longtemps que je souhaitais travailler à mon compte. Auparavant, je travaillais dans l’industrie pharmaceutique. Diplômé de la Faculté de Pharmacie de Paris, j’aimais à la fois le commerce et les liens qu’il permet de tisser avec les gens. L’idée d’avoir une clientèle à l’année, mais aussi une de passage, m’attirait particulièrement. J’ai travaillé pendant plusieurs étés comme étudiant dans une pharmacie située dans une station touristique de Loire Atlantique. Ayant connu Damgan durant mon enfance, l’idée de m’y installer s’est donc imposée naturellement. De plus, la famille de mon épouse était originaire de la région de Lorient.

Mais comment ça se passait avant l’ouverture de la pharmacie?

Le docteur Hamon fut le premier médecin à s’installer à Damgan en 1968. Il était également ce qu’on appelle un « propharmacien », c’est-à-dire qu’il était habilité à délivrer les médicaments qu’il prescrivait. Cependant, avec l’augmentation de la population, cela ne suffisait plus, surtout durant la saison estivale. Les clients étaient obligés d’aller à Muzillac.

la pharmacie de Damgan dans les années 70
Cliquer pour agrandir

Comment s’est déroulée l’ouverture?

Il a d’abord fallu trouver un terrain rapidement et bien placé. L’opportunité d’acquérir, ce qui à l’époque était un « champ de patates », en plein centre du bourg, s’est présentée et tout est allé très vite. La construction de l’officine a débuté en juin 1974. La pharmacie a ouvert le 18 novembre suivant. L’accueil des Damganais et touristes fut chaleureux, car les gens avaient enfin une pharmacie au village.

Le plus long à obtenir fut le téléphone (très important pour les commandes). Heureusement, Constant Larboulette (le recteur de Damgan de l’époque, qui habitait dans le presbytère, en face, devenu aujourd’hui la gendarmerie), conscient de cette nécessité, nous a chaleureusement prêté le sien les premières semaines ; puis il a « joué » de ses relations pour accélérer l’installation de la ligne !

pharmacie de damgan 01
La pharmacie à l’automne 73 lors de sa construction

Qu’avez-vous apprécié durant cette époque ?

J’aimais surtout le contact. Ecouter les gens fut très instructif car on a toujours quelque chose à recevoir des autres. J’appréciais également beaucoup de livrer les médicaments aux domiciles de personnes qui ne pouvaient se déplacer (personnes âgées, handicapées…) sur Damgan et Ambon ; il se créait alors de réels moments privilégiés qui m’aidaient beaucoup et me permettaient un peu de m’évader de l’officine!

Avez-vous noté une évolution pendant cette période?

Ce fut l’époque où le tourisme est devenu plus régulier. Dès Pâques, on sentait que la population augmentait, tant du fait des vacances scolaires, que par l’installation massive des retraités (en 1974 la population n’était que de 800 habitants ; chaque année plus de 100 nouveaux permis de construire étaient délivrés à Damgan). Pour la pharmacie, il a donc fallu s’adapter, au départ nous étions deux avec mon épouse, puis 3 et enfin jusqu’à 7 personnes à travailler l’été…

pharmacie mr Paumier
La pharmacie, à ses débuts!

2.Entretien avec Madame et Monsieur Sadrant:

Mr et Mme Sadrant ont tenu la Pharmacie de Damgan de 1994 à 2017. Outre leur record de longévité, ils ont également assisté à l’évolution de Damgan, et gardent surtout d’excellents souvenirs de cette époque.

IMG_0035Avant de venir à Damgan, vous aviez déjà exercé ailleurs, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les  motivations  qui vous ont poussé à venir ici?

Diplomés en 1979, nous nous installons en Mayenne en 1981 où nous sommes chacun titulaire d’une petite pharmacie : l’un à Cuillé et l’autre à Ballots , bons souvenirs dans une région agricole d’éleveurs et cultivateurs.Puis nous aménageons en Charente Maritime  où nous dirigeons  la pharmacie de Mortagne sur Gironde, village situé près de Royan. Après plusieurs séjours passés dans la famille en Bretagne et chez des amis à Arzon ,nous sommes conquis par le Morbihan et décidons en 1994 de tenir la pharmacie d’un petit village situé en bord de mer qui n’apparaissait pas sur notre carte de France à l’époque : Damgan !

Quels souvenirs gardez-vous de vos débuts ici?

Nous débutions dans une officine saisonnière,  et la difficulté fut de gérer un stock d’été ,et une équipe de salariés suffisante. De prime abord, nous avions une équipe restreinte l’hiver ,et embauchions beaucoup d’étudiants salariés l’été …Puis ,petit à petit, nous avons réalisé qu’ une équipe annuelle fixe de 6 collaborateurs plus les 2 titulaires convenait très bien.

Vous êtes arrivés alors que la commune était en pleine mutation, diriez vous que votre patientèle  a évolué ainsi que ses besoins?

Non, la patientelle n’a pas changé   mais ses besoins ont autant évolué que notre profession s’est modernisée et a augmenté ses capacités de services .Nous avons noté une demande accrue de parfumerie et de cosmétologie ces 20 dernières années et  avons élargi notre conseil ,nos gammes de parapharmacie , d’orthopédie et de matériel médical.

IMG_0036Vous avez du agrandir la pharmacie et lui donner un nom, est-ce que ça été compliqué ?

L’agrandir, non ,ce ne fut pas compliqué. Le résultat fut à la hauteur de nos désirs: l’agencement a été particulièrement réussi… Nous pensons que tout le monde en a été fier: notre équipe, la patientèle et nous deux. Opération effectuée en décembre 2011.

L’officine ne portait aucun nom particulier depuis 1974 ; nous avons décidé de la « baptiser » en 2011, Pharmacie de l’ Estran , car c’était pour nous le nom qui illustrait le mieux l’esprit du site…car c’est en effet sur cet  estran que se pratique la pèche à pied, point fort de notre commune.

Vous avez également du faire face au problème de la variation de la fréquentation estivale. Était-ce difficile de trouver des collaborateurs?  

Oui, trouver des jeunes diplômés et étudiants en pharmacie n’a pas toujours  été facile, les former sur deux mois d’été était compliqué, mais un peu de sang jeune nous stimulait tous !!!

À votre retraite au printemps dernier  vous avez décidé de rester à Damgan. Vous avez donc tissé des liens forts avec la commune et ses habitants. Comment vivez-vous cela?

Nous avions un peu peur que le comptoir nous manque ; en  réalité , le fait de sortir dans le bourg , au marché ou bien d’adhérer à plusieurs associations sportives, nous a permis de continuer à voir du monde, et continuer d’échanger avec  nos anciens patients. Je dois dire que nous  le vivons très bien .

Sinon, pour finir, une petite question qui relève du secret professionnel: comment expliquez-vous que les kervoyalais soient moins malades que les autres habitants de la commune?

Bon , je m’attendais à la question subsidiaire: la vitalité des habitants de Kervoyal pourrait s’expliquer par la présence d’une fontaine de Jouvence découverte au Paléolithique inférieur, mais ce n’est peut-être qu’une légende ??????

pharmacie de damgan avec mr Sadrant
Cliquer sur les photos pour les agrandir.

3.Entretien avec Madame Le Cointe et Monsieur Leconte:

Les Dr Le Cointe et Leconte se sont donc associés pour reprendre la pharmacie de Damgan à Monsieur Sadrant, précédent propriétaire au printemps dernier. Après quelques mois d’activité où ils ont pu prendre leurs marques, c’est donc enfin l’occasion de les connaître un peu mieux. C’est aussi l’occasion d’en savoir un peu plus sur cette pharmacie ou défilent les kervoyalais, damganais, pénerfins, mais aussi tant de touristes! Bien belle mission que la leur de nous éviter d’être souffreteux.

Dr Le Cointe et Leconte
Karine Le Cointe et Romain Leconte, nos nouveaux pharmaciens.

Tout d’abord, bonjour et bienvenue à Damgan. Pouvez-vous vous présenter brièvement: quel est votre parcours et comment êtes-vous arrivé parmi nous?

Karine Le Cointeje suis originaire et j’habite à Péaule, j’ai 41 ans et 2 enfants. J’ai eu mon diplôme à la faculté de rennes. J’ai connu la pharmacie de Damgan durant mes études, j’y travaillais l’été en tant qu’étudiante. Mr Sadrant m’a proposé 1 CDI lorsque j’ai obtenu mon diplôme en 2001. Je ne l’ai plus quittée; c’est donc naturellement que je me suis positionnée (avec Romain, un ancien collègue de la saison 2013)pour reprendre le flambeau le 1er avril de cette année.

Romain Leconte: je suis originaire de Villedieu Les Poëles en Normandie et j’habite à Saint Avé, j’ai 35 ans, en couple avec 2 enfants. J’ai fait mes études de pharmacie à Caen et je suis diplômé depuis 2007 et thésé en 2008. J’ai ensuite travaillé dans des pharmacies comme assistant un peu partout: en Normandie bien sûr, mais aussi à la Réunion, puis sur Nantes et enfin en Bretagne; ici même durant l’été 2013 où j’ai appris à travailler avec Karine et enfin sur Plescop pendant plus de 3 ans.

Vous connaissiez donc, chacun à votre façon cette pharmacie, qu’est-ce qui vous a décidé de franchir le pas et de vous lancer dans cette aventure?

Karine Le CointeCela faisait 16 ans que j’y travaillais. Je peux dire que je la connaissais bien et que la seule façon d’évoluer était de devenir titulaire. J’appréciais la région et connaissais bien Romain, donc je me suis lancée avec lui ! IL faut savoir « se jeter à l’eau » au moment opportun.

Romain LeconteC’est tout d’abord, une pharmacie située dans un cadre de vie magnifique et où l’équipe officinale est très sympathique et très professionnelle. C’est une chance de s’installer dans une pharmacie dans laquelle on a déjà travaillé et dans laquelle on se sent bien. J’ai fait mes études de pharmacie en sachant que je m’installerai un jour en tant que titulaire, après quelques années d’assistanat afin de bien connaître le métier. Et ainsi de trouver la pharmacie qui me correspondrait le plus et dans la région où je serais épanoui.

20171026_183515_001Alors, comment se sont passés ces premiers mois? Trouvez-vous vos marques?

Nous avons repris l’officine le 1er avril, c’est à dire à l’ouverture des campings et au démarrage de la saison (avec le démarrage des vacances scolaires de printemps). Nous n’avons donc pas eu trop le temps de nous poser beaucoup de questions et nous avons foncé. La saison s’est écoulée, les mois ont passé sans que nous nous en apercevions. Bien occupés, parfois débordés (nous ne pouvons nous en plaindre), mais finalement l’automne est déjà là et pour l’instant tout s’est globalement bien déroulé. Nous avons pu compter sur une équipe très opérationnelle et disponible (qui connaissait bien les lieux) , nous avons donc travaillé d’une façon studieuse, mais toujours dans une bonne ambiance.

Entre la « routine » de l’année et le rush de l’été quelles sont, selon vous, les spécificités d’une pharmacie comme celle-ci?

  • Principal avantage : il n’y a pas de monotonie; la clientèle évolue toujours entre la basse et la haute saison. Le travail est différent.
  • Principal inconvénient : difficulté pour gérer le planning de notre équipe officinale. Il est parfois compliqué de prévoir les stocks nécessaires pour la saison plusieurs mois à l’avance et au contraire de ne pas surstocker l’hiver.

Y’a-t-il, comme pour d’autres commerces, des « meilleures ventes », selon les saisons par exemple ou en général? Et à Damgan?!

Meilleures ventes : il est indéniable qu’un été chaud et beau influera fortement sur la vente de nos produits solaires et anti-moustiques, comme dans toutes les stations balnéaires.

Petite spécificité de Damgan (haut lieu de la pêche à pied): l’été et également à chaque grande marée, nous mettons en application nos connaissances en « bobologie » : petits soins d’urgence, pansements dus aux coupures sur les rochers et par les coquillages.

La population damganaise a-t-elle des particularismes? Y’a-t-il des pathologies spécifiques à surveiller? Dites-nous tout sur nos tracas de santé!

Nous pouvons sincèrement dire que la clientèle damganaise est globalement très agréable; rares sont les mots plus hauts que les autres; les journées se passent généralement dans une atmosphère très cordiale.

La population damganaise (il faut l’avouer) étant plutôt à dominance séniore, il est vrai que les pathologies cardiovasculaires (type hypertension, diabète, hypercholestérolémie…) sont prédominantes. Nous sommes là pour vous soigner, mais aussi pour vous conseiller sur les mesures hygiénodiététiques.

horaires pharmacie de l'estran à damganSinon, d’après des études subjectives, les kervoyalais seraient en meilleure santé que les damganais et les pénerfins. Qu’avez-vous observé à ce sujet?

Cette question nous fait bien rire; nous pensons bien sûre qu’elle reste une gentille rivalité de quartiers et vous comprendrez (vu notre position) notre préférence pour la neutralité : nous vous aimons tous autant !!!

Enfin, avez-vous prévu à terme de développer ou proposer de nouvelles prestations ou services?

Nous avons déjà commencé à développer certains secteurs comme le MAD (Matériels A Domicile), la micronutrition (méthode  de soins plus naturelle et à la source).

Nous avons prévu d’implanter une gamme cosmétologique BIO ainsi qu’une gamme maquillage BIO.

Nous mettrons prochainement en place des entretiens pharmaceutiques pour les patients qui le demandent (l’hiver) et un service de livraison(dépannage pour les personnes isolées et ne pouvant se déplacer) dans la mesure du possible.

Nous tenons à rappeler que nous sommes un SERVICE DE PROXIMITE qui est , je pense , important de conserver !!!!

pharmacie de l estran à damgan

Resized_20170610_143204

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *