La COP21: quels enjeux pour Kervoyal? Et… nouvelles photos!

hollande en chine
François Hollande et Xi Jinping à Pékin le 2/11/15. Notre président arborait un chapeau chinois qu’il avait pêché cet été à Kervoyal et le chinois achetant son béret Basque à Bombay!

Ça y est: elle arrive, la 21ème COP (Conference of the Parties) débarque à Paris (du 30 novembre au 11 décembre) avec ses 25000 à 50000 intervenants de tout les pays. Malheureusement, pour de tristes raisons elle sera amputée
d’une partie des animations qui devaient l’égayer mais cela n’empêchera pas que la planète sera belle et bien à l’heure parisienne!

Mais pourquoi en parle-t-on autant? Pour tout comprendre voici un petit récapitulatif des enjeux .

Le contexte:

Alors, entre les septiques, les nihilistes ou les « trop croyants » beaucoup oublient le bon sens! En effet inutile de le nier, la terre se réchauffe et s’asphyxie ayant comme conséquence un net dérèglement climatique. Comme disaient déjà nos anciens (des prophètes!) « y’a plus de saison », sauf que maintenant c’est vrai et quantifiable. Dans les faits, la température a augmentée de plus d’un degré en un siècle et il est raisonnable de penser que d’ici le prochain (si rien n’est fait) elle augmentera de 4 degrés. Ce qui est énorme lorsqu’on observe déjà les modifications sur notre environnement: aridité accrue dans les déserts, augmentation des pluies et des inondations dans les régions humides, sans oublier la fonte des banquises et des glaciers de nos montagnes (et ça c’est en France!). Sans oublier les glissements de terrains qui découlent de tout ça! De même la réalité de ce qu’on appelle les « migrants climatiques » est réelle et va en s’accentuant. Il n’est d’ailleurs pas anodin que le premier rêve des riches chinois est bien de quitter la Chine pour cela (voir la pollution à Shanghai ou Pékin).

Réchauffement climatique en Bretagne
Infographie parue en février 2013 sur Le Télégramme

Certes cela nous paraît bien loin vu de Kervoyal (et de France) mais l’on voit bien que de plus en plus de digues se construisent dans les communes alentours (notamment dans le Golfe) et qu’ici la pointe s’érode et que l’on observe de petits affaissement sur le sentier douanier qui mène vers Tréhervé.

En plus de la montée des eaux, on remarque en Bretagne un refroidissement de la mer due à l’affaiblissement du « Gulf Stream » ayant pour conséquence la disparition de certains poissons ou oiseaux qui vont « crécher ailleurs ». D’autres espèces quand à elles se meurent par la modification de leur habitât, ce ne sont pas les plus spectaculaires mais ce se sont celles qui sont au début de la chaîne alimentaire, d’ou le danger. A cet égard, la fin cette année des nettoyages mécaniques de la plage de Kervoyal est un bienfait qui permet de maintenir l’écosystème kervoyalais. Alors bien sur la France n’est pas la plus polluante des nations, mais elle est indirectement aussi coupable que les autres.

Car si les pays en voie de développement qui se construisent  sont parmi les plus émetteurs de pollution il ne faut pas oublier que ce qui est fabriqué chez eux est vendu chez nous car nous estimons que le « made in France » n’est pas compétitif. Mais ce que nous gagnons d’un coté, nous le perdons de l’autre car il est prouvé que le coût de l’inaction est supérieur à celui de l’action (impôts pour construire les digues, soins médicaux supplémentaires –voir l’excellent article du point– et coûteux, campagnes de sensibilisation, prix du transports des marchandises, etc. ).

Cependant, ce que nous perdons le plus, c’est la qualité du cadre de vie et c’est ce que nous laisserons à nos petits enfants…Alors, oui nous avons été négligent mais nous n’avions pas non plus tous les instruments de mesure (comme autrefois pour nos décharges sauvages qui étaient même parfois municipales! Et même si on s’est contenté de les enfouir, elles sont toujours là, comme autour de Kervoyal). Il est donc temps de faire quelque chose, tant d’un point de vue économique qu’écologique et tant qu’il est encore temps. Bref, une histoire de bon sens!

Les causes:

évolution du co2
La lecture de ce tableau démontre l’explosion de la détérioration de la situation ces dernières années ainsi qu’une modification de la hiérarchie historique.

Le changement climatique actuel est principalement lié à l’émission des gaz à effet de serre provenant des activités humaines. Ces émissions sont dues pour plus de 3/4 au seul dioxyde de carbone (CO₂). La consommation des énergies fossiles (production d’énergie, carburant des véhicules, chauffage de l’habitat, industrie) est, de loin, le secteur le plus incriminé. Mais il ne faut surtout pas oublier le changement d’occupation des terres, incluant la déforestation, se situe à la seconde place en terme de responsabilité dans l’augmentation des émissions mondiales de gaz à effet de serre (17% des émissions mondiales).

 

Les enjeux de cette COP 21:

Ils sont multiples et concernent tant les citoyens que les états. Le rôle des citoyens est de montrer la voie par leurs gestes quotidiens (ils sont simples et connus et cela commence par une évidence à savoir éviter les gaspillages, notamment énergétique, car en plus ils nous font bien souvent faire des économies!) et la pression qu’ils peuvent mettre sur leurs élus. Le rôle des états est de proposer un cadre législatif à la fois incitatif et contraignant pour préparer la transition vers des énergies plus vertes (qui nous éviteront, en plus, d’être dépendant des pays producteurs de pétrole ou de gaz) et de vérifier que les entreprises pollueuses transforment efficacement leurs outils de travail de façon vertueuse. Voir ici les bons gestes.

Aux niveau international il faut mettre d’accord les 195 nations présentes pour que le document final ait un effet contraignant et surtout qu’il soit  applicable. Les efforts demandés ne sont pas les mêmes selon la richesse des pays mais l’objectif est d’enclencher cette fameuse limitation à 2 degrés du réchauffement. Même les scientifiques de tout bord sont d’accord, c’est dire!

rechauffement-climatique-wwfQue va-t-il s’y passer:

Bin, on ne sait pas! La récente bonne volonté chinoise (porte parole symbolique et de grande influence des pays émergents et dont le pays souffre particulièrement des problèmes de pollution) change la donne et laisse envisager le meilleur, ce qui rend possible un accord. Quand aux américains (et leur lobbys) et aux russes (et ses oligarques vendeurs de gaz), même si ils semblent encore traîner des pieds, ils ne ferment pas la porte aux discussions. Par contre, le contexte géo-politique, que l’on sait, peut être une tentation pour certains de reporter les décisions à plus tard… Ce qui serait bien dommage et irait à l’encontre des recommandations scientifiques et de la volonté des peuples! A suivre, donc.

Et quoi de neuf à Kervoyal?

Et bien tout d’abord la baie a perdue ses bateaux  (il n’en reste plus qu’une bonne vingtaine). Les commerces ont pris leurs quartiers d’hivers et les week end ensoleillés amènent toujours autant de monde. Certes nous avons eu une période pluvieuse mais entrecoupée de belles journées avec une température plutôt douce pour la saison et la marre à l’entrée du village s’est rechargée en eau…

Sinon, les premières bernaches ont étés aperçues ce week end et nous leur souhaitons avec enthousiasme la bienvenue! Nous les avions aperçues mi octobre dans le sud du Golfe et en début de mois à Pénerf, elles arrivent donc bien tardivement mais c’est normal car il faisait trop chaud à Kervoyal par rapport au reste de la région!

Enfin, voilà quelques belles photos prises ce mois:

  • Pêche du 25/11/15 vers 9h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *